TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

lundi 25 mars 2013

Etats Généraux de la Résistance ivoirienne de France du samedi 30 mars 2013

Pour la libération de Laurent GBAGBO et la Paix en Côte d'Ivoire, mutualisons nos forces ! 

Participez aux Etats Généraux de la Résistance ivoirienne de France ce samedi 30 mars 2013 de 11 à 21h au 4 rue Olivier Métra, Métro Jourdain ou Place des Fêtes.
Collation à partager en fin de journée à l'occasion de ces retrouvailles
Contacts : 06 26 07 13 47 / 06 51 23 51 12
Mail : etatsgeneraux30mars@yahoo.fr
Si tu as des choses à dire, à proposer, c'est le moment !







dimanche 24 mars 2013

Mahan GAHE témoigne au Congrès de la CGT de la dictature installée en Côte d'Ivoire !

Un syndicaliste ivoirien dénonce la persécution des travailleurs en Côte d'Ivoire 

http://youtu.be/PZPt_CDJyGw



Le syndicaliste ivoirien Basile Mahan Gahé durant son intervention au 50ème congrès de la CGT à Toulouse qui a eu lieu du 17 au 20 Mars dernier, raconte la solidarité de ses camarades syndicalistes du monde durant sa détention dans les geôles du dictateur Ouattara. 22 Mois d'emprisonnement sans jugement, juste afin d'éviter que le syndicat DIGNITÉ dont il est le secrétaire général ne conteste la politique dictatoriale envers les travailleurs ivoiriens du régime Ouattara...


jeudi, 23 août 2012

QUAND LE CITOYEN ET SYNDICALISTE MAHAN GAHE RIDICULISE LE JUGE QUI L’INTERROGE


Mahan Gahé, Secrétaire Général de la Centrale syndicale DIGNITE, enfermé par le pouvoir Ouattara
Le juge qui prend la parole le premier dit à Mahan Gahé : « Monsieur Mahan vous êtes accusé d’avoir lancé un contre-appel aux travailleurs pour leur demander de désobéir à l’ordre du président qui appelait à cesser de travailler… ».
Voilà ce que répond le prisonnier politique:
« Monsieur le juge, vous me faites peur ! Vous me faites peur parce que vous êtes censé appliquer la loi. Mais il me semble que vous ne la connaissez pas. J’ai donc peur que vous appliquez autre chose que la loi dans cette affaire qui me concerne. D’abord de quel président parlez-vous ? Si c’est du président Alassane Ouattara que vous parlez, ce que je devine aisément, il n’était pas encore président quand j’ai lancé mon appel. Je ne pouvais donc pas lui avoir désobéi avant qu’il n’ait été reconnu comme tel par le Conseil Constitutionnel qui avait déjà investi son adversaire ».
Il a été reconnu par la communauté internationale, a relancé le juge.
« Vous me faites encore plus peur. Mais soit, supposons que ce sont les Ivoiriens qui votent et c’est la communauté internationale qui proclame les résultats, le président élu n’est pas comme moi un leader syndical pour lancer des grèves et appeler à saboter l’économie du pays qu’il est appelé à diriger. Je comprends que mon crime est d’avoir souhaité que les Ivoiriens travaillent pour sortir leur pays du sous-développement… j’étais loin de penser qu’un chef d’Etat aurait pu prendre cela pour un crime gravissime ». 
Invariablement, le juge reprendra son refrain de la toute puissance de la communauté internationale devant un Mahan Gahé, serein, savourant ce moment où il se rend compte de la vacuité des accusations du régime Ouattara contre tous ses prisonniers politiques!
Joseph Marat, in le quotidien ivoirien "Aujourd'hui"

vendredi 15 mars 2013

LA DEUXIEME TRAGEDIE DE DUEKOUE EN IMAGES

ATTAQUE ET DESTRUCTION DU CAMP DE REFUGIES DE NAHIBLY LE 20 JUILLET 2012 

Les autorités tant nationales qu'internationales étaient présentes mais n'ont rien fait pour empêcher le massacre :



On n’en sait un peu plus sur les raisons de la furia de la milice tribale de Dramane sur les paisibles populations Wê du camp de réfugiés de Nahibly à l’entrée de la ville.
Selon des informations dignes de foi, il y a quelques jours, au quartier Antenne de la ville, il y eut une course poursuite entre Dozos&FRCI et les riverains ont entendu des coups de feu. Suite à cet évènement banal dans la région, on a enregistré deux (2) morts (1 élément FRCI et 1 Dozo). Le jour suivant cet évènement déplorable, des tirs ont été entendu à nouveau dans la nuit, dans le quartier kokoma, où il est pratiquement impossible d’entrer à des heures tardives si on n’est pas Malinké. La source indique que cette autre fusillade est le fait d’éléments FRCI et Dozos qui écument le quartier pour des raisons connues d’eux-seuls. A la levée du jour, on a dénombré quatre (4) morts. Cette situation regrettable a provoqué l’ire des populations malinkés, burkinabés et des FRCI de la ville qui ont accusé de jeunes Wê d’être responsables de ces tueries. Sans aucune enquête et sans même aviser les autorités policières de la ville à qui incombe la responsabilité de rechercher les auteurs de ces crimes, ceux-ci pointent du doigt les populations Wê, singulièrement les jeunes de cette communauté qui vivent dans le camp de refugiés de Niambly peuplé de plus de 5000 âmes. Le vendredi 20 juillet, tôt le matin, précisément à 8 heures, le camp de Niambly est envahi et entouré par des Dozos, des éléments des FRCI auxquels se sont joints de jeunes Malinkés en civil qui sont venus - disent-ils - en représailles. Les autorités de la ville étaient pourtant présentes sur place : le Préfet et le Sous-Préfet, de même que le Commissaire de Police de la ville, sauf le Maire. Tout ce beau monde n’a pu empêcher les FRCI et leur suite de donner l’assaut au camp de réfugiés avec le regard approbateur du contingent marocain de l’ONUCI pourtant chargé de la sécurité du secteur. Les Dozos et autres FRCI prennent donc d’assaut le camp qu’ils saccagent incendiant tout sur leur passage. Les personnes trouvées sur place sont purement et simplement exécutées et celles qui fuient vers la compagnie de Casques Bleus en stationnement à proximité du camp sont chassées et refoulées vers leurs bourreaux qui prennent plaisir à les achever sous l’œil bienveillant de ces derniers. Dans leur fuite vers la Mission catholique de Duékoué, certains ont été intercepté par un corridor dressé aux abords de cette paroisse pour être ensuite exécutés.
On dénombre au total 54 morts pour la seule journée de vendredi. Nombreux sont les blessés graves admis à l’Hôpital Général de Duékoué qui ont succombé des suites de leurs blessures portant à plus de 60 le nombre de décès ce samedi. Fuyant la barbarie de cette milice, les populations se sont cachées dans la brousse environnante. Certains réfugiés de ce camp ont été retrouvés et exécutés par les jeunes Malinkés qui prêtent main forte à leurs protecteurs et parents Dozos et FRCI. Certains corps ont été enterrés dans la précipitation par ces derniers et d’autres trouvés plus tard dans les broussailles sont repris par leur famille pour être déposés à la morgue totalement dépassée.
DUEKOUE est devenue le symbole du GENOCIDE WE qui est perpétré à la face du monde ; un monde où les témoignages et images de cette barbarie jamais enregistrée en Côte d’Ivoire existent et prouvent que Dramane reste le problème de la Côte d’Ivoire en ce sens qu’il donne un blanc seing à ses partisans qui agissent sans retenue, convaincus de leur « parapluie atomique ». Que dit la CPI de Fatou Bensouda ? Nous pensons que Dramane, en cet instant précis doit être le voisin de cellule du Président Laurent Gbagbo à la Haye. Ce ne sera que justice pour ce peuple qui souffre depuis plus de dix (10) ans.
Photos du camp de Nahibly après l’attaque du 200712 :

















Les rescapés du camp reprennent le chemin de l'exil :



 Les blessés du camp de NAHIBLY après l'attaque :








Les photos ci-dessous étaient avec les autres, mais semblent correspondre à des meurtres dans la région de DUEKOUE entre mai 2011 et NAHIBLY :



  

mercredi 13 mars 2013

QUAND LA FRANCE S’ACHARNE SUR LA FAMILLE MAHE !

« Gbagbo, c’est nous ; Mahé, c’est moi, c’est toi… » 
Non contents d’avoir assassiné en toute impunité ou presque (une condamnation avec un sursis intégral vide considérablement la peine de sens !), l’Etat français refuse aujourd’hui d’entendre les cris de désespoir des proches de Firmin MAHE, ce jeune Ivoirien étouffé à l’aide d’un sac poubelle par des soldats de la force Licorne sur ordre de leur hiérarchie le 13 mai 2005. Son frère et son neveu notamment se battent pour obtenir sa réhabilitation ainsi que la restitution de son corps promise depuis 2005 sans cesse reportée depuis, à laquelle rien ne devrait plus s’opposer maintenant que le procès s’est achevé (1).
Le procès pour la vérité et la Justice tant attendu n’a donc  pas eu lieu. Le procès MAHE/LICORNE n’a pas été celui des accusés mais bien plus celui du disparu, une inversion de la victime et du bourreau récurrente dans les relations Nord-Sud afin d’asseoir et de justifier les relations d’asservissement.
Le frère et le neveu de Firmin MAHE n’ont toujours pas reçu la moindre notification des arrêts pas plus celui de la chambre criminelle du  07 décembre 2012 que celui de la chambre civile du 22 janvier 2013. Pire que cela : alors que pour des raisons à la fois sanitaires et politiques, tous deux se trouvent toujours sur le territoire français, leur avocat les a laissés sans aide et sans assistance depuis le 10 décembre dernier, date à laquelle le premier a été hospitalisé en urgence suite à l’évolution défavorable d’une pathologie dont il souffre depuis 2009, grave maladie dont Maître NDOUMOU a d’ailleurs toujours refusé de tenir compte, y compris pendant son séjour en FRANCE. « Quant on a de tels amis, plus besoin d’ennemis » : un adage qui ne ment pas dans le cas d’espèce ! A l’heure où nous écrivons, nous sommes toujours en attente du dessaisissement de Maître NDOUMOU ou de toute autre solution qui permettrait à toutes les parties civiles qui le souhaitent d’exercer les voies de recours qui leur reviennent de droit sans subir les menaces et pressions de Maître NDOUMOU qui se garde bien de parler des 20 000€  qu’il réclame à au moins deux des parties civiles qu’il est supposé défendre ! (2)
Maître NDOUMOU est trop occupé à se mettre en valeur pour se soucier des proches de MAHE. Il passe son temps à vanter ses propres mérites, alors que la seule jurisprudence MAHE dont il ait accouché pour l’instant est d’avoir octroyé un véritable permis de tuer aux soldats de la Licorne et à tous ceux qui agissent sous ses ordres ou sa tutelle, (notamment la force africaine en cours de déploiement au MALI). Pour ce faire, il se débrouille pour écarter les témoins gênants, eu égard à ses relations privilégiées avec une des parties civiles qu’il a érigée en représentante de la famille, au détriment de la mère biologique et représentante légale du fils de Firmin MAHE qui n’a pas pu venir en France avec l’enfant pour le procès nonobstant leurs passeport, visa et billets A/R pris en charge par l’Etat français. Maître NDOUMOU a en effet prétexté que les papiers envoyés par mail en même temps que ceux des 4 autres parties présentes ne lui étaient pas parvenus, sans autre explication. Ainsi il prétend dans le grand débat ci-dessous retranscrit que les parties civiles ont été légitimement déboutées de leur demande d’indemnisation du préjudice économique du fait qu’elles ne dépendaient pas financièrement de Firmin MAHE et que c’était même plutôt ce dernier qui dépendait d’elles. Mais qui était leur avocat ? Qui a demandé l’indemnisation du préjudice économique en leur nom ? Idem pour la demande légitimement rejetée de « frais funéraires » ? Alors que la famille attend depuis plus de 7 ans que le corps de son proche lui soit rendu pour lui donner une sépulture, maître NDOUMOU a gardé l’original du document des autorités ivoiriennes autorisant la famille à retirer le corps depuis fin 2005 en disant que tant que le procès n’aurait pas eu lieu, il ne fallait surtout pas récupérer le corps, que cette demande ne pourrait être formulée qu’une fois les assassins condamnés, ce qui a été fait avec le verdict non suivi d’appel du 07 décembre 2012. Comment vouliez-vous que la Cour accède aux demandes de Maître NDOUMOU en matière de remboursement de frais funéraires alors que la demande de restitution du corps de Firmin MAHE n’a même pas été faite ? Pourquoi n’a-t-il pas pris le soin en 7 ans de procédure de réclamer la facture de la morgue de TREICHVILLE que les parties civiles – qu’il représente j’insiste- n’auraient soi-disant pas eu le temps de récupérer avant de venir en France en cours de procès (3)? Maître NDOUMOU prend des libertés incroyables avec la réalité des faits : il prétend avoir à lui seul fait condamner l’Etat français et renvoie la responsabilité de tous les autres rejets de demandes aux seules parties civiles qui n’auraient pas fait les bonnes demandes justement ! Est-ce à lui ou à ses clients de connaître le droit ? De savoir que quand on invoque un  préjudice économique, il faut être capable de le prouver ? Qu’en tout état de cause, il y a toujours lieu d’invoquer un préjudice moral, ce que Maître NDOUMOU a omis de faire en première instance et que normalement, les choses auraient dû s’arrêter là pour les parties civiles, ces dernières n’étant pas habilitées à introduire de nouvelles demandes en appel. Sauf que à notre plus grande surprise et sans que Maître NDOUMOU n’en fasse état, nous tenons de source sûre -un autre avocat ayant également consulté la décision rendue le 22 janvier 2013 en vue d’exercer un éventuel recours en faveur de 2 des parties civiles- que non seulement  Maître NDOUMOU n’a pas déposé de conclusions écrites (du jamais vu dans une affaire de cette ampleur à notre connaissance !), mais que deux des accusés auraient fait appel (BURGAUD et RAUGEL) de la décision du 22 janvier les condamnant collectivement à payer 30 000€ de dommages et intérêts au seul enfant de Firmin MAHE  au titre de la réparation du préjudice économique subi par ce dernier. Nous qui pensions que toute honte bue, les assassins de Firmin MAHE s’empresseraient de se faire oublier après avoir échappé injustement à la prison, sans jamais avoir manifesté le moindre commencement de remord ou exprimé le moindre regret pour leur acte barbare, nous devons bien admettre que nous sommes restés muets de stupéfaction et d’indignation quand nous avons appris la nouvelle. Ils doivent être sûrs de gagner pour prendre le risque de braquer à nouveau les projecteurs sur l’horreur de leur crime (à moins que cela ne soit là encore un des symptômes évidents de ce « décrochage du sens moral » bien connu des psychiatres militaires et d’ailleurs évoqué à la barre à plusieurs reprises pour expliquer leur geste, comportement bestial sans doute exacerbé par la relative impunité dont ils ont bénéficié dans cette affaire).
En conclusion de l’émission du Grand débat d’Africa N°1 du 06 février intitulée « retour sur l’affaire Firmin MAHE », « Traître » NDOUMOU qui se prétend toujours l’avocat de la famille MAHE  apostrophe les Ivoiriens ainsi : « Il ne faut pas qu’ils pleurnichent. Celui qui disait qu’il ne peut pas rentrer en Côte d’Ivoire. Non la Côte d’Ivoire, c’est quand même un Etat de droit. […] Vous êtes passifs. Vous êtes tellement passifs. Vous allez pleurer à gauche ; vous allez pleurer à droite. Mais engagez-vous ! Engagez-vous et puis les choses marcheront ! »
Je ne suis pas sûre que les femmes exilées du camp d’AVEZEPO du TOGO qui manifestent en ce moment leur souffrance et leur refus de rentrer en Côte d’Ivoire au péril de leur vie apprécient (4), pas plus que les familles des victimes de BANGOLO, DUEKOUE, GUITROZON, BOUAKE, ANONKOUA KOUTE (5),… ou encore les familles des centaines de prisonniers politiques actuellement détenus et torturés par le régime illégitime que la France a installé et maintient au pouvoir en CÔTE D’IVOIRE (6). Que Maître NDOUMOU fasse allégeance à OUATTARA si ça lui plaît, mais qu’il ose exhorter le peuple ivoirien à en faire autant alors que les exactions se poursuivent en  CÔTE D’IVOIRE, cela nous paraît aussi indécent que pétri d’ignorance et d’égocentrisme.
Si nous partageons entièrement son appel à faire confiance aux talents africains et notamment aux avocats du continent, nous préférons nettement mettre à l’honneur Maître BAROAN (7) ou encore Maître HABIBA TOURE qui viennent d’obtenir la désignation d’un juge d’instruction suite à la plainte déposée par Michel GBAGBO contre Guillaume SORO et 10 de ses chefs de guerre pour « enlèvement, séquestration et traitements inhumains » (8) que de relayer la campagne mensongère de Maître NDOUMOU qui s’attribue seul le mérite de la condamnation des soldats de la Licorne - et encore avec sursis - occultant complètement le rôle de la famille dont il s’est autoproclamé l’avocat depuis 2005 (sans que ceux-ci ne le récusent d’ailleurs n’ayant que récemment compris son double jeu). C’est bien la famille de Firmin MAHE qui est à l’origine de la plainte contre la Force Licorne depuis 2005 ainsi qu’en atteste l’article paru dans le Courrier d’Abidjan du jeudi 20 octobre 2005 (9). Alors si l’on prête crédit à Maître NDOUMOU qui se vante d’avoir transpiré et subi de nombreuses pressions dans cette affaire, imaginez ce que la famille et les témoins directs de l’affaire MAHE vivant au pays ont souffert, eux qui ne bénéficient d’aucune protection ?
A tous ceux qui ne voient pas le lien entre l’affaire MAHE et la situation actuelle en CÔTE D’IVOIRE, nous tenons à rappeler que l’assassinat de Firmin MAHE par des soldats de la force LICORNE n’est ni un acte isolé, ni une simple bavure couverte par la hiérarchie militaire et l’Etat français. Ce crime ressortit directement à la politique de la FRANCE qui depuis le coup d’Etat manqué de septembre 2002 a soutenu, financé, armé la rébellion pour installer Alassane Dramane OUATTARA au pouvoir et sécuriser ses filières d’approvisionnement en matières premières essentielles et autres marchés lucratifs (10).
Puisque la Défense des accusés a osé remettre une « pétition » à décharge pour ces derniers, faisant croire aux jurés que 300 habitants de BANGOLO se seraient spontanément levés pour  féliciter les accusés de leur crime. Quand on connait la culture africaine et les modes habituels de contestation, on ne peut que s’étonner de ce document qui n’a même pas pu être interrogé pour soi-disant raisons de sécurité. Nous nous engageons à produire la pétition papier que nous faisons actuellement circuler en vue de la révision du procès MAHE et qui compte déjà près de 300 signatures, sans compter la version électronique que nous mettons en circulation (11). Cette pétition en sa forme manuscrite ou électronique revêt une importance toute particulière dans la mesure où elle vient contrebalancer celle qui a été instrumentalisée par la Défense des condamnés pour tenter de légitimer leur crime. A notre interrogation sur l’absence de civils ivoiriens au procès (puisqu’il parait que la force Licorne fait l’unanimité et aurait évité un RWANDA bis en CÔTE D’IVOIRE d’après les avocats de RAUGEL et BURGAUD), il nous a été répondu que tout BANGOLO était prêt à venir témoigner, mais que ça n’a pas été possible à cause des menaces de mort qu’ils auraient reçus… Etonnant non, alors que c’est Alassane Dramane OUATTARA le principal commanditaire et premier bénéficiaire de la rébellion qui est Président de fait du pays depuis bientôt deux ans et que, si l’on en croit les 8 généraux et 7 colonels qui se sont relayés à la barre, la force LICORNE a permis de pacifier la région et de réconcilier les Ivoiriens entre eux ? Nous vous invitons d’ailleurs à visionner la vidéo d’une artiste engagée native de BANGOLO qui témoigne de la souffrance infligée aux habitants de sa région par les rebelles depuis 2002, rebelles aujourd’hui au pouvoir en CÔTE D’IVOIRE tous promus à des postes de responsabilité en dépit des plaintes pour crimes contre l’humanité qui pèsent contre eux (12).
Pendant le procès, il a été dit à plusieurs reprises que le dilemme de la Force Licorne, c’était que s’ils remettaient les prisonniers aux autorités légales du Sud comme le prévoyaient les accords, ils étaient convaincus de leur libération rapide, mais que s’ils les conduisaient aux autorités rebelles de MAN qui contrôlaient le Nord du pays, ils les exposaient à une mort certaine. Après le procès inique qui a abouti au verdict étrangement clément du 07 décembre 2012, les soldats français chargés du maintien de la Paix  et néanmoins assassins de Firmin MAHE ne nous ont toujours pas expliqué pourquoi ils ont sauvagement tué Firmin MAHE après l’avoir torturé pour le préserver d’une mort certaine s’il tombait entre les mains des rebelles du  Nord auxquels ils avaient finalement décidé de le remettre, le condamnant d’après leur propres aveux à une mort certaine… Concrètement : ils ont reçu l’ordre de tuer Firmin MAHE pour ne pas qu’ils soit tué par les rebelles de MAN ! Allez comprendre… Si vous ne me croyez pas, allez faire un tour sur un blog de soutien au soldat RAUGEL  (13).
Extrait du témoignage anonyme de soutien trouvé justement sur ce blog de soutien à Guy RAUGEL   :
« Alors que faire de F. M. ? Le remettre aux rebelles ? Mais dans ce cas précis, le peloton ne respectait pas les termes du mandat et il est certain qu’il aurait été tué et que la Croix Rouge internationale en aurait été avisée, ce qui aurait certainement provoqué des remous de niveau international. Le donner au sud pour le faire libérer, ou le remettre au nord pour qu’ils le tuent ? Cruel dilemme pour le Commandement ! La situation réclamant un règlement définitif de cette question des coupeurs de routes, l’ordre est tombé et l’adjudant-chef l’a exécuté."»
Nous nous permettons enfin d’interroger Maître NDOUMOU mais aussi le Parquet Général sur leur refus de solliciter la révision du procès qui n’a pas été équitable au regard de l’absence des parties civiles pendant toute la première moitié, la subornation de témoins, notamment Adèle DITO, l’enquête effectuée par des proches des accusés membres du comité de soutien de RAUGEL et de ses compagnons (les photos qui ont été diffusées la première semaine aux jurés au service de  la thèse de Firmin MAHE Présumé coupable  ont été prises par un soldat de la Licorne, ami de RAUGEL et membre de son Comité de soutien), … la négation totale de toute l’histoire de cette zone dite de « confiance » devenue une véritable zone de non droit sous « contrôle » de la Licorne qui n’a pas défendu les civils contre les attaques des rebelles, voire les a couvertes ou mêmes mises en œuvres comme dans le cas d’espèces (14). Ainsi, sur les pratiques des rebelles soutenus par l’Armée française, nous vous renvoyons à cette photo insoutenable (15), mais que nous insistons à verser au dossier. On y voit un homme que certains d’entre vous reconnaîtrez à côté duquel gît un jeune homme décapité. Ce responsable Wé a été  qualifié de « milicien mafieux pro-GBAGBO » par le Général PONCET lors de son témoignage dans l’affaire MAHE/LICORNE pour laquelle il a bénéficié d’un non lieu pour le moins suspect… Il paraît que la FRANCE soutient les démocrates contre les terroristes en CÔTE D’IVOIRE. Chacun appréciera !

(2)    Quelques documents relatifs au litige entre Maître NDOUMOU et deux des parties civiles de l’affaire MAHE http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2013/03/documents-affaire-mahe.html
(3)    Des témoins pourraient manquer au procès des militaires français dans l’affaire Mahé 231112 par le Monde http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/11/23/des-temoins-pourraient-manquer-au-proces-des-militaires-francais-accuses-de-meurtre-en-cote-d-ivoire_1795420_3212.html
France: les parties civiles arrivent au procès des accusés du meurtre de Firmin Mahé
(4)    Lien vers vidéo et article du deuxième jour de grève des femmes du camp de réfugiés ivoiriens d’AVEZEPO au TOGO :  http://www.dailymotion.com/video/xxvogi_2eme-jour-de-greve-des-femmes-ivoiriennes-refugies-au-togo_news#.UT8OFRyZYVc et  http://www.africatime.com/ci/nouvelle.asp?no_nouvelle=725035&no_categorie
(6)    lien vers un mémorandum en images sur la crise ivoirienne depuis 2002 : http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2012/12/memorandum-en-images-sur-la-cote-divoire.html
(7)    lien vers l’allocution de Maître BAROAN du deuxième jour de l’audience de la CPI d’infirmation des charges pesant contre Laurent GBAGBO : https://www.youtube.com/watch?v=phuvNk-rq1c
(8)    Désignation d’un juge d’instruction dans la plainte de Michel GBAGBO contre Guillaume SORO et ses chefs de guerre :
Rapport des avocats de Michel GBAGBO de juillet 2012
(9)  Lien vers l’article d’octobre 2005 paru dans le Courrier d’Abidjan : http://unevingtaine.wordpress.com/category/general/page/50/
(10)Qui a tué les 9 soldats français à BOUAKE ?
(11)Lien vers la Pétition papier pour une révision du procès MAHE
Lien vers la Pétition électronique pour une révision du procès MAHE
(12)Témoignage poignant de l’artiste engagée Mahély BA native de BANGOLO http://www.youtube.com/watch?v=uCiabp-7F8Y&feature=youtu.be
(13)Blog de soutien à l’adjudant-chef RAUGEL
(14)Interview de Georges PEILLON dit Georges NEYRAC Consultant en communication de crise et ancien porte-parole de la Force licorne sur Laurent GBAGBO par Nicoletta FAGIOLO LYON avril 2012 auteur de « Ivoire nue- Chroniques d'une Côte d'Ivoire perdue » http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=l1YnmToSr38    
(15)Photo qui témoigne de la sauvagerie des rebelles que la France a installés à la tête de la CÔTE D’IVOIRE http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2013/03/les-rebelles-que-la-france-installe-la.html

Christine COLIN-TIBALA
06 10 47 67 17




Le Grand Débat  du 06 février 2013 avec Francis LALOUPO
01 55 07 58 00
Africa1.com rubrique africa
Dans le grand débat aujourd’hui, retour sur l’affaire Firmin MAHE du nom de cet Ivoirien de 30 ans, Firmin MAHE, présumé criminel, assassiné par des soldats français de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire. C’était le 13 mai 2005 selon la plainte déposée par l’avocat, maître Fabien NDOUMOU. Firmin MAHE aurait trouvé la mort par asphyxie après avoir été étouffé à l’aide d’un sac plastique posé sur son visage. Cette exécution sommaire a été reconnue par la justice française. Et pour la première fois dans l’histoire judiciaire d’ici… de France… 4 militaires français accusés du meurtre de Firmin MAHE comparaissaient en décembre 2012 devant la Cour d’Assises de PARIS. Verdict : un acquittement et 3 peines de prison avec sursis, un verdict jugé alors scandaleux par les Ivoiriens qui étaient présents dans la salle d’audience. Aujourd’hui l’avocat de la famille de Firmin MAHE poursuit le combat judiciaire. Mais que peut-il, que peut-on attendre encore de la Justice Française ? C’est la question que se pose son avocat que nous allons recevoir dans cette édition.
Invité : Maître Fabien Ndoumou, Avocat de la famille de Firmin Mahé
Débatteur polémiste : Jean-Claude Tchicaya, Sociologue et consultant sur les questions éducatives

Le 13 mai 2005, Firmin MAHE, un Ivoirien de 30 ans, présumé criminel était assassiné par des soldats français de l’opération Licorne dans le contexte de la crise politico-militaire de la Côte d’Ivoire. Le 7 décembre dernier, à l’issue du procès de 4 militaires impliqués, la Cour d’Assises de PARIS livrait son verdict : un acquittement et 3 peines de prison avec sursis, et selon la Cour, même si le geste des militaires avait – je cite hein – « gravement porté atteinte aux valeurs de la République, la situation exceptionnelle dans la région ivoirienne où s’est déroulé le drame, était de nature à atténuer leur responsabilité ». Un verdict jugé scandaleux par la famille de Firmin MAHE qui espère toujours obtenir une juste réparation de la part de la Justice française. C’est ce combat que poursuit l’avocat de la famille MAHE, maître Fabien NDOUMOU, maître Fabien NDOUMOU qui est notre invité. ---- 
-       Bonsoir Maître
-       Bonsoir Francis LALOUPO
-       Je dois citer votre ouvrage… Vous êtes… Vous prenez le temps d’écrire de temps en temps. Vous n’êtes pas que dans les prétoires. Cet ouvrage : « les missions d’observation des élections », c’est tout un programme j’ose dire, aux éditions l’Harmattan
-       C’est le dernier qui est sorti au mois de décembre 2012.
-       Missions d’observation en Afrique je suppose…
-       Dans le monde, dans le monde.
-       Dans le monde, très bien. On en dira un mot d’ici la fin de l’émission.
-        Alors d’abord il faut rappeler que l’avocate générale avait requis des peines plus élevées hein contre ces militaires français allant de 6 mois avec sursis à 5 ans fermes et le colonel Eric BURGAUD qui  avait transmis l’ordre de tuer MAHE a été condamné finalement à 5 ans avec sursis ; l’adjudant Guy RAUGEL  qui l’a étouffé avec un sac plastique, lui a été condamné à 4 ans avec sursis ; le brigadier chef Joanès SCHNIER qui le maintenait, lui il a été condamné à un an avec sursis. Le brigadier Lyan Riffou  BEN YOUSSOUF lui qui conduisait le véhicule blindé qui transportait donc Firmin MAHE où se sont déroulés les faits a lui été acquitté. Bon, alors comment avez-vous accueilli à l’époque le verdict ?
-        « Bon mais vous savez M. Francis LALOUPO, lorsque vous attendez à des peines fermes et surtout que l’avocate générale avait requis, les peines fermes, et que vous vous retrouvez avec  des peines avec  sursis, il y a quand même un petit pincement. Vous êtes un peu déçu. Mais avec du recul, nous constatons que ce verdic, bien qu’il soit un peu une histoire moins ferme, ce verdic, nous nous trouvons que c’est, que c’est un bon verdic, puisque c’est une jurisprudence…
-        Vous dîtes ça parce que vous ne pouvez pas commenter ou contester les décisions de Justice ?
-        Non M. LALOUPO, vous savez je n’ai pas la langue dans ma poche. Je suis un avocat engagé. Au barreau de PARIS, on le sait. Ce n’est pas parce que je suis devant les micros. Je peux vous dire que même les radios australiennes, les radios Voix de l’Amérique m’ont appelé pour  prendre des nouvelles de ce verdic. Je n’ai pas ma langue dans la poche, mais avec du recul, j’ai constaté, j’ai vu que ce verdict, quelque part, il n’était pas ferme, mais, mais, euh, c’est un verdict, c’est un jugement, euh, c’est un arrêt qui était que les militaires, euh,  méritaient.
-        Oui, est-ce que ce procès des militaires aurait pu se tenir devant une Cour martiale ?
-        La Cour martiale, il n’y a pas, vous savez, cette affaire MAHE, c’est euh, il y a eu une révolution en France, y avait le Tribunal aux Armées, c’est l’affaire MAHE qui a suscité qu’aujourd’hui, euh, le Tribunal militaire n’existe plus. Donc que ce soit la Cour martiale ou bien  la Cour d’Assises de PARIS, je ne trouve pas de différence. Tout jure est-il  que le droit a été dit. L’arrêt a été rendu. La sentence a été prononcée. Et les militaires ont été condamnés. Oui, vous savez, les familles sont venues. En Afrique…
-        … C’est la première fois qu’un tel procès a lieu en France…
-        C’est une jurisprudence. Je suis très content parce que là nous avons une jurisprudence MAHE. MAHE est réhabilité par cette jurisprudence. Donc lorsque les militaires commettront dorénavant des infractions sur les opérations, euh,  le théâtre des opérations, on se référera à la Jurisprudence MAHE. Toute jurisprudence a une révolution. C’est la première jurisprudence. D’ici quelques années, nous allons suivre, nous allons suivre d’autres procès et ces procès peut-être la jurisprudence pourrait évoluer.
-        8’30 Oui, on essaie de comprendre. Le colonel Eric BURGAUD, qui en a été condamné à 5 ans avec sursis, lui-même avait transmis l’ordre de ne pas laisser Firmin MAHE vivant. Alors,  un ordre qu’il aurait reçu, euh, c’est ce qu’on disait du Général Henri PONCET qui commandait à l’époque la force française Licorne en Côte d’Ivoire. Et le Général PONCET, lui il a été mis en examen au début de l’enquête mais a toujours démenti ses propos. Et en 2010 finalement il avait bénéficié d’un non-lieu. Et ce Général PONCET n’était pas présent au procès. Pourtant, il est au cœur de cette affaire du point de vue de sa responsabilité non ?
-        Oui, mais si le Général PONCET était au procès. Si, si, si, le Général PONCET a été cité. Il a témoigné. Je lui ai posé des questions… Il a témoigné mais je lui ai posé des questions. La, les jurés avaient la latitude de pouvoir décider si le Général PONCET devenait un prévenu. Malheureusement cette voie leur était ouverte…
-        Ce n’était pas un prévenu. Il était au procès en tant que témoin ?
-        Oui, il était au procès en tant que témoin comme Alliot Marie. Et comme d’autres je crois : 12 ou 15 généraux qui étaient également présents et plusieurs colonels… Donc, voilà, le Général PONCET, certes il y a eu un non lieu contre lui. J’ai fait appel de ce non lieu pour non dénonciation de crime. Malheureusement, le non lieu, euh la Cour a confirmé le non lieu. Donc voilà.
-        Alors, on s’en souvient que pendant le procès, une certaine Madame Adèle DITO, qui est ancienne adjointe au Maire de BANGOLO, la commune où avait été capturé Firmin MAHE, avait déclaré que – je cite – « que la France devrait décorer les accuser plutôt que de les condamner, parce que selon elle, MAHE avait un groupe qui terrorisait la population ». La famille évidemment avait été très choquée par ces déclarations. Et pour la famille, contrairement à ce qui avait été dit, Firmin MAHE, c’est pas un voyou, un bandit, enfin c’est pas un coupeur de routes. Dites-nous vous qui était exactement Firmin MAHE ?
-        10’21 Oui, je suis très très content, parce que la Cour a reconnu… La Cour a reconnu qu’il n’y avait pas de fait établi, c’est-à-dire des preuves judicaires et des preuves policières établies que Firmin MAHE était, euh, était un brigand de grand chemin. Ca c’était déjà une victoire pour moi, parce que je me battais depuis le premier jour que j’ai pris ce dossier en mains, je me battais pour démontrer que Firmin MAHE n’était pas ce grand bandit.
-        Est-ce que cette présomption n’était  pas de nature, je veux dire, à justifier, à excuser…
-        …Vous allez me faire dire certaines choses ici… Vous savez, j’ai eu en mains un procès, un procès qui me brûlait comme du charbon ardent. Tout était mis en œuvre pour que cette affaire soit étouffée. Et lorsqu’on a tué Firmin MAHE, euh, l’Armée française ne savait pas que la famille pouvait se constituer … Parce qu’auparavant, il y a un jeune qu’on a tiré à bout portant –il était perché sur un manguier- et il a fait éclater un plastique. Un militaire a dégainé et il a tiré : le jeune en est mort. Et là cette affaire est passée sous silence. Et une deuxième affaire, c’est l’affaire Firmin MAHE. La France croyait que cette affaire devait se passer sous l’encre. Heureusement, il y avait la partie civile qui prenait connaissance du dossier et lorsque j’ai pris connaissance, euh, j’ai pris possession du dossier, je mettais mon nez un peu partout. L’affaire ne pouvait plus être étouffée.  Donc, je prends possession du dossier. Il fallait que je me batte pour un avocat. Et l’Armée, lorsque l’Armée a su qu’il y avait un avocat en France, l’Armée a mis tout en œuvre… Je peux même vous dire que même les services secrets militaires étaient organisés pour que l’affaire soit étouffée, pour que l’affaire ne tâche pas la grande muette. Heureusement. Donc je reviens sur cette affaire de DITO. Adèle DITO, c’est elle qui s’était – troisième adjointe au Maire de BANGOLO… Alors Adèle DITO, elle est contactée par… Déjà, il y avait eu des accointances, des accointances avec des militaires… Bon, je vais pas dire que…Y’avait certaines relations intimes, mais quelque part,  y’avait des doutes…
-        Bon mais attention à ce que vous dites hein, parce que des relations intimes…
-        12’38 Je suis libre, je suis libre… Des relations intimes, cela ne veut pas seulement dire qu’il y a des relations sexuelles. Des relations intimes peut-être que vous m’achetez une bière,…Bien sûr Mais quand même, j’ai des photos où on retrouvait des militaires dans la soirée avec Adèle DITO en train de partager des bières, dans les maquis.
-        Elle avait une vie dissolue cette dame ? 67 ans quand même !
-        12’58 Vous savez 67 ans, lorsqu’on est au front tout est possible alors. Et je peux vous dire à l’avance les militaires français,  on leur accusait d’avoir violé les enfants, les petits enfant qui étaient des mineurs. Cette affaire s’est passée sous silence. Donc voilà Adèle DITO qui est réquisitionnée pour dédouaner les militaires et que font les militaires ? Aujourd’hui les «Général » BARREIRA, M. BARREIRA à l’époque il était colonel. M. BARREIRA, c’était le camarade de classe de M. BURGAUD. Ils ont fait l’école SAINT-CYR. Après ils ont fait la formation de l’Ecole supérieur de SAINT-CYR. Et c’est ce général qu’on appelle au secours pour aller essayer de rétablir l’ordre. On l’envoie à MAN pour aller remplacer BURGAUD à l’Ouest de la CI (GTA2). C’était pour aller dédouaner son ami parce que c’était des camarades de classe. Et qu’est-ce qui arrive ? Le général BARREIRA organise et fait signer une pétition, bon, est-ce que c’était une pétition. On s’est retrouvé avec une pétition avec 300 noms. J’avais posé la question à la Cour. Nous avons 300 noms. Lorsque les personnes témoignent, il faut quand même leur pièce d’identité.
-        Cette pétition avec 300 noms… Vous étiez donc un peu seul face à…
-        La pétition, ça c’est des noms qu’on a pris à gauche et à droite. On mettait des noms, je peux dire des faux noms et la pétition a donc été soi-disant remise à l’époque au colonel BARREIRA qui a envoyé cette pétition en France. Et Adèle DITO, c’est elle qui a ramené la pétition et moyennant ce « travail », les militaires ont promis à Adèle DITO de se retrouver en France. Et c’est comme ça que en 2006, Adèle DITO s’est retrouvée en France. Quelques jours après, j’ai vent qu’Adèle DITO est en France. Et heureusement, heureusement, un journal satyrique de la place parvient à entrer en contact avec Adèle DITO et appelle Adèle DITO toute naïve parce qu’elle n’avait pas encore fait une semaine. Elle décroche le téléphone. La journaliste lui pose la question : « Madame comment vous appelez-vous ? » « vous venez d’où ? » « Je viens de la CI et depuis que je suis là, depuis une semaine, je tourne en rond. La France m’a promis… La France m’a dit… La France m’a promis des papiers. Je tourne en rond…
-        16’04« La France m’a promis des papiers ? »
-        Mais bien sûr. Ca a été dit, la phrase : « La France m’a promis des papiers. Là je suis dans ma chambre…
-        Ca s’appelle de la subornation de témoins ça ?
-        Moi je vous explique ce qui a été dit et ce la journaliste m’a rapporté, d’une grande aide. C’est pour cela que je remercie les médias. Dans les pays démocratiques, ça joue un grand rôle. Donc Adèle DITO livre les informations. Elle se ravise : « Mais qui m’appelle ? » Malheureusement, la journaliste a raccroché. Et là j’ai su qu’Adèle DITO était en France et qu’Adèle DITO a été exfiltrée. Elle a été exfiltrée ! Et je vous dis M. Francis LALUPO ce colonel, qui était colonel à l’époque, est aujourd’hui général. Il est venu témoigner. Malheureusement il a utilisé un langage, un jargon qui n’est pas le jargon judiciaire. Il a dit : « oui, j’ai extradé, j’ai fait extrader Adèle DITO parce que sa vie était menacée ». Il n’a pas fait extrader Adèle DITO : il l’a tout simplement exfiltrée ! Pour terminer, peut-être les auditeurs d’Africa N°1 seront intéressés par cette petite, enfin par cette… Enfin pour terminer avec Adèle DITO, à l’audience, vous savez les témoins ne se voient pas. C’est le général BARREIRA qui était venu témoigner. Il a plutôt dit qu’il a extradé Adèle DITO. Et lorsqu’Adèle DITO arrive, elle dit : « oui, je suis partie parce que ma vie était menacée. Je me suis présentée au Consulat de France. J’ai fait toute une journée sous le soleil. Je suis partie, j’ai rencontré le Consul et puis je lui ai expliqué, je lui ai expliqué ma situation. Et le Consul a décidé de me donner le visa pour venir en France, oubliant qu’un jour avant, le général avait déjà dit qu’il l’avait extradée. Donc je lui ai dit, Madame, aujourd’hui , et je lui ai posé une question piège M. Francis LALUPO : « Madame , Adèle DITO »… Elle se tourne et je lui dis : «Vous êtes en France, vous avez quel titre de séjour ? ». Elle me dit : « Non maître, je suis Française ». « Vous êtes Française pour les services rendus à la France. En 4 ans, vous avez une nationalité. »  Voilà !
-        18’14 Cette Adèle DITO qui a déclaré lors du procès « que la France devrait décorer les accusésplutôt que de les condamner ». Jean-Claude CHICAYA, votre commentaire :
-        18’25 Maître NDOUMOU, permettez-moi de partager à moitié votre satisfaction. C’est-à-dire que c’est vrai que la France donc a « accepté » entre guillemets que l’affaire puisse sortir même si vous avez bien dit, bien expliqué sans candeur que ça a été difficile, qu’il y a eu beaucoup de pressions, mais y a quand même eu ce procès. La Justice n’a pas suivi. Euh, est-ce que le verdict peut être satisfaisant ? Est-ce que la famille le ressent comme cela ? En tous cas, ce que j’ai pu lire et voir ne va pas dans ce sens. Peut-être qu’aujourd’hui vous avez d’autres éléments. D’ici, de France, mais aussi d’ailleurs quelle que soit la couleur des personnes qui ont pris connaissance de cette affaire. On est quand même devant un véritable scandale avec des lourdes charges, avec un réquisitoire qui était ferme de la part du Procureur et qui ne pouvait laisser penser à un tel verdict. En quoi, je ne comprends pas en quoi les raisons qui pouvaient donc atténuer la responsabilité des militaires, pour vous se trouvent les éléments probants qui permettent de dire que ces condamnations avec sursis peuvent être satisfaisantes ?
-        19’31 Oui, c’est une très bonne question. Je sais que vous les journalistes vous êtes derrière vos micros. Vous êtes habitués derrière vos micros. Nous sommes dans le cadre pénal. Lorsque nous avons des prévenus, on regarde d’abord leur passé. C’est-à-dire nous avons leurs extraits que nous regardons de plus près. Et n’oubliez-pas, n’oubliez-pas que dans cette affaire, vous avez des protagonistes, vous avez un général d’Armée 5 étoiles. Il est sans activité et les étoiles sont tombées. Vous avez son adjoint le général Malhaussène qui n’est plus général aujourd’hui. Il n’est même pas inscrit à Pôle Emploi. Vous avez BURGAUD un colonel qui avait de l’avenir. Il ne travaille plus aujourd’hui. Il est sans emploi. Vous avez Guy RAUGEL et puis Johan SCHNIER qui ont fait la prison ! Ce sont des gens qui ont fait la prison. N’oublions pas ça !
-        Certes maître, mais y a quand même une personne qui a été tuée ! Qui maintenant ne reviendra plus. Nous sommes dans un pays de droit. Ce procès s’est fait en bonne et due forme. Et comment au regard du droit. Là au regard du droit et pas seulement du point de vue journalistique, comment on peut échapper avec de telles charges à la prison ?
-        20’44 Francis LALOUPO : nous allons ouvrir un autre chapitre du débat. Est-ce que vous vous battez pour obtenir une juste réparation ? Considérant que évidemment que les réparations qui ont été proposées – on va en parler dans quelques instants – ne sont pas suffisantes. Donc vous ne pouvez pas parler de satisfaction totale. Donc, vous êtes, on a l’impression que finalement, voilà…
-        Non la question est légitime… Vous savez, nous sommes en France. C’est en Afrique on considère la condamnation, La prison… Lorsqu’on parle de prison, c’est quoi ? C’est… Une  condamnation pour l’Africain, c’est la prison. En France l’extrait de casier judiciaire joue un grand rôle. Lorsqu’on a un casier judiciaire en tant que militaire, on va encore travailler où ? Partout où vous passez, vous…
-        Donc vous pensez qu’ils ont été punis suffisamment ?
-        Ils ont été sévèrement punis ! Ils ont été sévèrement punis !
-        Prenez votre casque maître NDOUMOU, on va écouter les auditeurs. Ils sont nombreux à appeler. On va commencer… Ben voilà, M. YAO qui a été le plus patient, je crois. M. YAO bonsoir
-        21’37 Bonsoir Monsieur… Bon, moi je crois que cet évènement de Sylvain  MAHE, c’est la même mascarade…
-        … Firmin MAHE, Firmin…
-        Ouais, Firmin MAHE, c’est la même mascarade de justice qui continue aujourd’hui dans notre pays. Mais, vous voyez la France au temps de Monsieur….euh, je veux dire quoi, l’autre Président, l’autre président français- je veux pas dire son nom –ce monsieur là a fait – Voilà M. SARKOZY – je dis son nom parce que vous voulez que je le dise – ce monsieur là a fait vraiment des choses graves chez nous. En protégeant ce genre de rebelles…
-        M. YAO, quand vous dites chez nous, vous parlez de la Côte d’Ivoire ?
-        Oui… qui sont aujourd’hui devenus chez nous des gouvernants de rebelles, comment voulez-vous qu’il y ait une justice dans ce pays ? Et je remercie maître NDOUMOU, il s’appelle maître NDOUMOU oui, je le remercie pour toute cette lutte qu’il est en train de faire en Côte d’Ivoire pour faire justice. Il y a une injustice criante aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Et cette injustice criante ça dépend de ce jugement dans l’affaire de monsieur Firmin MAHE. Vous voyez, c’est une injustice ! Comment voulez-vous que les gens remplacent l’argent par l’homme qu’ils ont tué. Ici en France, même quelqu’un qui commet des fautes graves, on le met en prison en le condamnant pendant des années. Mais on ne le tue pas ! Vous voyez tuer son semblable, vous voyez ce que ça veut dire ? Rien ne peut remplacer ça par de l’argent. Comment voulez-vous ? L’espèce humaine ne dit rien à ces militaires. Mais c’est pas normal !
-        Ce n’est pas normal dites-vous, merci M. YAO.
-        En tous cas, l’injustice est criante en CI monsieur… Vous pouvez allez voir. En tous cas les Ivoiriens diront que c’est une dictature qui est en train de s’installer en CI.
-        On comprend très bien Monsieur YAO, On comprend très bien, mais pour recentrer le débat, il s’agit précisément ce soir de la Justice française hein ? Parce que le procès a eu lieu quand même en France. Alors ce qu’on va faire […] et nous passerons ensuite à votre combat actuel qui est donc d’obtenir une juste réparation, notamment financière pour…euh… la famille, en tous cas, notamment le fils de MAHE qui est aujourd’hui âgé de 8 ans. Nous parlerons notamment de toute cette partie civile, parce que vous n’êtes pas seul. Il y a eu d’autres parties civiles qui réclamaient des dommages en tous cas. Vous nous expliquerai comment il peut y avoir cette sorte de compétition entre des parties civiles face à la même Justice, en tous cas celle de France […]
-        25’14 M. BENJAMA Bonsoir
-        Oui bonsoir Africa N°1. Nous vous écoutons. J’ai une question à poser à maître, maître, j’ai oublié son nom…
-        Maitre NDOUMOU
-        … Maitre NDOUMOU… Alors c’est lui qui connaît le système judiciaire. Euh, je pense que pourquoi les militaires, ces prévenus là étaient jugés en France mais pas en CI ?
-        Ah, ça c’est une question très claire, très intéressante. Non mai Attendez, il va vous répondre Maitre NDOUMOU car c’est une question très précise.
-        Ça Monsieur BENJAMA c’est une question  pertinente, euh j’apprécie cette question. Mais sachez que le code de justice militaire prévoyait – le code de justice militaire français – prévoyait que lorsque les exactions sont commises par les militaires sur le théâtre d’opérations, surtout les militaires français, ces militaires sont plutôt jugés en France. Certes, vous évoquez un problème de droit très pertinent si je me réfère un peu aux locutions latines, la règle de « lex rei sitae» c’et-à-dire l’endroit où les faits ont été commis. C’est à cet endroit là que les personnes doivent être jugées. En l’occurrence, ça c’était ce que le code militaire français qui le prévoyait, que les militaires, lorsqu’ils commettent une exaction sur le théâtre de l’opération, ils sont jugés en France, raison pour laquelle ces militaires ont été jugés en France. Mais, j’ouvre une parenthèse, et c’est la question que j’ai posé à ALLIOT-MARIE, vous savez que la France avait signé, avait ratifié le traité de la Convention de la CPI sur les crimes contre l’humanité. J’ai demandé à Mme ALLIOT-MARIE, est-ce que la France s’est anticipée pour traduire les militaires en France, parce que moi, si la France n’avait pas encore ratifié ces traités, si la France ratifiait ces traités 6 mois après, je peux vous dire, et je peux vous garantir M. BENJAMA que je saisissais la CPI parce que ce que les militaires ont fait en CI pour cette affaire MAHE que je connais très bien, ils pouvaient être traduits devant la CPI. Donc quelque part, la France s’est précipitée afin d’éviter que 6 mois après la ratification de ce traité que, euh, que les militaires français puissent être traduits devant la CPI. Merci M. BENJAMA.
-        Oui et c’est la même MAM qui quand les militaires avaient tiré sur des civils pieds nus était venue devant les parlementaires dire qu’ils avaient tiré en situation de légitime défense. Légitime défense dans un pays qui n’est pas le vôtre, je sais pas si moi je vais commettre quelque-chose ici, et que je suis, je sais pas, dissident ivoirien, moi je suis originaire du Ghana hein, je suis résident de Côte d’Ivoire et que je viens et je dis c’est de la légitime défense. Et que je suis militaire…
-        28’40 D’accord, M. BENJAMA, on a compris qu’il y a peut-être d’autres procès qui n’ont pas eu lieu dans cette affaire ivoirienne.
-        Oui, la souveraineté dans chaque pays, je crois qu’elle doit être respectée. Quand on respecte le droit international, mais c’est qu’ils s’arrangent. Bon ils nous racontent tout ce qui les arrangent en fait. Bon enfin, je vous remercie et continuez comme ça.
-        29’06 On vous remercie aussi infiniment, on vous remercie. Alors, il faut qu’on avance là. Il faut dire la suite du jugement en Cour d’Assises. 3 des militaires ont été condamnés le 22 janvier dernier à verser solidairement 30 000€ au fils de la victime qui est âgé de 8 ans. Est-ce que cette somme vous parait suffisante pour dédommager la mort d’un père ?
-        Oui, mais ce n’est pas… J’ai interjeté appel. J’ai interjeté appel parce que la somme que vous avez, ce n’est que les dommages pour préjudice économique. Nous n’avons pas le préjudice moral. Nous n’avons pas les frais d’obsèques. Vous savez le combat que j’ai mené. La famille n’avait pas eu le temps pour produire certains éléments en l’occurrence les devis de l’Hôpital de la morgue de TREICHEVILLE parce que la famille avait des problèmes de visa. La famille avait des problèmes de passeport. J’étais… La famille était venue en catastrophe. Nous n’avons pas pu produire ces éléments.
-        30’02 Ma question maître, je vais vous la poser autrement : à combien vous évaluez la réparation du préjudice aujourd’hui ?
-        Je vais vous dire, le droit français est différent du droit américain. Aux EU, on privilégie la victime. En France tel n’est pas le cas. Je peux vous dire, en France, entre une personne qui est morte et une personne qui est victime, mais qui est amputée, c’est la personne qui est amputée qui est mieux indemnisée. Mais rien… les portes sont encore ouvertes, les portes sont encore ouvertes. Ca ne veut pas dire que c’est définitif.
-        Mais quand même, vous êtes dans une action judiciaire là qui se poursuit ?
-        Je suis dans une action judiciaire…
-        30’38 …Vous réclamez combien ?
-        Je suis dans une action judiciaire. Sachez qu’il y a deux branches dans cette indemnisation. Il y a une partie, c’est-à-dire je vais saisir le Tribunal Administratif…
-        Qui s’est déclaré ?
-        Non, non, je n’ai pas encore saisi le TA. Je vais saisir le TA. Donc ça ce n’est que des militaires. Donc, si la responsabilité de l’Etat est engagée, l’Etat versera les dommages et intérêts.
-        Parce que la Cour s’est déclarée incompétente, alors vous vous tournez vers le TA ?
-        31’11 Effectivement la Cour s’est déclarée incompétente concernant l’Etat, vous savez l’arrêt Bianco. La Cour ne peut jamais juger l’Etat responsable. Donc je me retournerai devant le TA. Les dommages que vous chiffrez et qui seront revus à la hausse concernent les trois militaires parce que c’est des civils. Et nous sommes devant une juridiction judiciaire.
-        Combien réclamez-vous ?
-        L’Africain, ce n’est pas tellement de l’intérêt, ce n’est pas de l’argent, c’est d’abord la personne qu’on a perdue.
-        31’50 Attendez, attendez, attendez, maître, la Cour d’Assises a condamné le 22 janvier dernier 3 militaires à verser 30 000€ au fils de Firmin MAHE qui a 8 ans. Vous contestez donc ce jugement ? Vous vous tournez vers le TA ?
-        Non, non, non. Il y a 2  branches. J’ai fait appel devant le judiciaire. Je fais une autre démarche auprès du TA pour la responsabilité. C’est l’Etat qui doit être condamné. Vous avez les réparations que je vais demander à l’Etat et les réparations que je demande aux militaires.
-        Combien demandez-vous à l’Etat ?
-        Je n’ai pas encore chiffré.
-        Je n’ai même pas encore reçu l’arrêt. Je n’ai pas encore pris connaissance de l’arrêt. J’ai pris connaissance de l’arrêt au greffe. Il faut qu’on me notifie cet arrêt et lorsque j’aurai l’arrêt, je vais saisir le TA. Je vais chiffrer.
-        Parce que nous nous faisons des enquêtes avant de recevoir des invités. Si vous ne dites pas le chiffre, je vais le dire.
-        Un million d’euros ?
-        Je ne sais pas, je ne sais pas. Entre parenthèse, vous savez qu’il y a un militaire américain qui a commis des exactions. Vous savez à combien le militaire américain a été condamné ? Je ne sais pas en dollars, mais j’ai converti en euros et vous savez à combien il a été condamné : 1 500€.
-        Moi j’allais vous demander si un million d’euros était suffisant… Bon enfin, après tout, on peut pas évaluer
-        Même si on donne 100 millions d’euros, la vie d’un homme n’a pas de prix.
-        Alors maître, il n’y a pas que vous qui réclamez des dédommagements à l’Etat français, y a d’autres parties civiles qui ont été déboutées de leurs demandes de dommages et intérêts,
-        Je vois c’est qui
-        la Cour ayant estimé que - je cite – des « liens de parenté que ces parties invoquaient, il n’était nullement démontré que Firmin MAHE subvenait à leurs besoins. » Alors est-ce que la multiplication des parties civiles n’a pas nui aussi à votre demande, ne pourrait pas nuire à votre demande de dédommagement ? Y a une compétition comme ça de demandes vis-à-vis de l’Etat et de la Justice française.
-        Non, mais lorsque l’on se constitue partie civile, vous savez, c’est des jugements. Vous venez voir une affaire. Ca, c’est l’iceberg. L’affaire dure depuis 2005 et je peux vous dire depuis 2005, chaque mois il y avait des audiences. On se constitue partie civile. Dans cette affaire, il ya avait au moins 40 personnes qui se sont constituées parties civiles. Plus de 40 personnes. Vous savez la famille africaine est large. Vous avez les tontons ; vous avez les tatas ; vous avez les gnagnagnas. Ils se sont constitués. Et le Juge d’instruction a statué, a arrêté un certain nombre. Donc le nombre que vous avez, ils ne sont pas en compétition. C’est les gens qui ont été retenus par la Justice française comme étant les ayants-droit de Firmin MAHE.
-        Et vous vous représentez qui finalement alors ?
-        Je représente toutes ces personnes. Ah oui toutes ces personnes.
-        D’accord. Donc y a pas de demandes discordantes ?
-        34’53 Je peux vous dire, la France avait envoyé 10 billets pour les 10 membres. Ah oui, c’était 10 billets d’avion pour que ces personnes puissent voyager.  
-        Mais y a pas de demandes discordantes ?
-        Mais non, mais non, mais non.
-        Alors à qui la Cour a dit « qu’en dépit des liens de parenté… » ?
-        C’est normal, ça c’est ce qu’on appelle le préjudice économique.
-        Vous avez le préjudice économique et vous avez le préjudice moral.
-        Lorsqu’une tante vient déclarer que Firmin MAHE passait souvent lui dire bonjour, et lui servait un repas et que cette tante demande un préjudice économique, on ne peut pas lui allouer ce préjudice économique.
-        Alors là ça devient compliqué…
-        Eh oui et bien voilà ! C’est pour ça je vous dis pour les profanes. Je vous explique, comprenez donc que le préjudice économique qui a été demandé – y a certaines personnes qui ont demandé ce préjudice économique – MAHE ne subvenait pas à leurs besoins, tout au contraire, ce sont ces personnes qui subvenaient aux besoins de Firmin MAHE.
-        On comprend mieux. C’est pour cela qu’on vous a invité.
-        35’50 Jean-Claude TCHICAYA : on peut dire aussi dans cette affaire que la souveraineté de l’Etat Ivoirien a été bafouée. Parce qu’en qualité de quoi les militaires, pour quelles raisons M. Firmin MAHE a pu être arrêté par une armée étrangère dans son propre pays qu’il soit vu - présumé coupable ou non ? En tous cas, il rentre dans un camion militaire d’une armée étrangère. Il en ressort mort. Qu’est-ce que l’Etat ancien et actuel – l’Etat actuel qui doit en tous cas faire régner la Justice souveraine de son pays – en tous cas est-ce qu’il s’est saisi de l’affaire pour que justice soit faite ? Ce n’est pas une attaque contre l’Etat français. Vous pourrez faire – parce que vous faites appel à la morale populaire que ça soit en CI ou en France – la plupart des Ivoiriens et des Français réclament justice.  
-        En fait ce que vous demandez Jean-Claude, c’est est-ce que l’Etat ivoirien s’est porté partie civile ?
-        36’58 Oui, c’est une bonne question Monsieur TCHICAYA. Il faut comprendre. Les faits se sont passés à la bande, c’est-à-dire la zone partagée par les Nations Unies. Donc c’était une bande de 80 kms de large et plusieurs centaines de kilomètres de long. Et là, la souveraineté de l’Etat ivoirien ne prévalait pas sur cette bande.
-        Vous voulez dire qu’on était dans le contexte de la crise ivoirienne ?
-        37’23 M. TCHICAYA Mais en  matière de droit, vous n’ignorez pas qu’à partir du moment où on a les Nations Unies, un pays comme la France et la souveraineté ivoirienne, tout est imbriqué, c’est-à-dire que les trois, même les Nations Unies auraient pu se porter partie civile pour au moins avoir un éclairage sur cette histoire Firmin MAHE. A partir du moment où vous rentrez sur un territoire, soit au nom des Nations Unies, de l’Etat français ou d’un autre Etat, vous n’ignorez pas que vous êtes sous un mandat donc  qui est régi par le droit.
-         37’53 C’est ce que je suis en train de vous expliquer. Comment voulez-vous que cette zone, cette bande était sous la protection des Nations Unies donc les Nations Unies ont fait appel à la France. C’est comme si vous demandez à l’Etat français, quelqu’un qui a été tué à PARIS, vous demandez à l’Etat français, pourquoi vous ne vous constituez pas partie civile parce qu’on a tué votre ressortissant.
-        TCHICAYA Mais imaginez l’armée ivoirienne faire de telles turpitudes en France, l’Etat français, les Nations Unies et l’UE se seraient saisi tout de suite de l’affaire.
-        38’29 Maître NDOUMOU Oui mais si les faits se passent à l’ambassade de Côte d’Ivoire, c’est-à-dire à l’intérieur de l’ambassade de la Côte d’Ivoire, je peux vous dire, ce n’est que l’ambassadeur qui sera responsable parce que l’ambassade, c’est le territoire d’un pays. C’est le cas de la bande, à BANGOLO, c’est-à-dire la bande que les militaires français protégeaient ; cette bande, c’était une bande neutre, c’est-à-dire qui appartenait aux Nations Unies. Ca n’appartenait ni à la CI, ni aux forces rebelles de l’époque.
-        39’31 Messages :
-        Barnabé SEDOUFIO « je pense que la hiérarchie des forces armées françaises tente de se dédouaner d’un crime que je pourrais qualifier dit-il  de crime de guerre et au-delà.  Il s’agit d’une atteinte contre le droit international, humanitaire dans pays supposé en conflit armé» ;
-        Guy Watsé Mamandza : « ce qui me dégoûte, c’est que la totalité du Gvnt ivoirien y compris M. OUATTARA se trouvait à PARIS non pas pour assister au procès de leur compatriote et soutenir la famille mais pour quémander de l’argent à la France. C’est pathétique et pitoyable » ;
-        NDOUMOU dit avoir eu des séances de travail avec le Consul et l’ambassadeur pour la venue de la famille
AUDITEURS :
-        40’39 M. DANONE « bonsoir M. Francis LALOUPO. Moi j’ai beaucoup apprécié votre émission et là je félicite maître NDOUMOU. Parce que nous autres nous avons tellement de preuves dans cette affaire de Firmin MAHE et concernant tous les marquages politiques qui ont été faits au niveau de l’Ouest. Moi je connais des gens qui avaient des fausses pièces d’identité. Un monsieur comme Monsieur « DEKOUI » qu’on accusait de tuer certains BURKINABE ou bien de tuer ses frères BAOULE pour récupérer leurs terres. Aujourd’hui ce qui vous avez dit tout à l’heure, la confirmation des fausses signatures, pour faire croire que ouais ils ont tué telle personne, franchement je vous félicite. J’ai beaucoup à dire, mais tout à l’heure la Dame a dit qu’il n’y avait pas beaucoup de temps. Je vais être très bref. Ca va faire six mois où nous même on a peur de parler. Nous qui connaissons beaucoup de choses sur ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, sur cette guerre en CI, on a peur de parler. Parce que si vous parlez, vous pouvez plus prendre l’avion pour atterrir à ABIDJAN. [ …]
-        42’22 M. IDRISS : « oui Francis bonsoir, mais je voudrais tout simplement rappeler aux avocats de M. Firmin MAHE…
-        L’avocat !
-        Ouais que M. Firmin MAHE était pas quelqu’un de sain. Firmin MAHE était un criminel, un coupeur de routes, un milicien. Firmin MAHE a fait beaucoup de victimes en Côte d’Ivoire. Surtout ceux qui étaient du côté de M. OUATTARA. Ils étaient pas bienvenus dans le territoire de M. Firmin MAHE.
-        NDOUMOU : Monsieur, est-ce que vous savez qu’il y avait un certain Zas KOHO MAHE ? Vous êtes au courant qu’il y avait un homonyme, un certain Zas KOHO MAHE ?
-        …Un criminel donc…
-        …Non, non. Je vous pose la question : est-ce que vous êtes au courant qu’il y avait un certain Nestor KOHO MAHE ?
-        IDRISS : S’il vous plait vous me laissez parler
-        Francis LALOUPO : Non mais écoutez aussi Maître, c’est une conversation hein. Donc il vous a posé une question à laquelle vous n’avez pas répondu.
-        Vous connaissez l’existence d’un certain Nestor KOHO MAHE ?
-        Nestor MAHE je le connais pas, mais Firmin MAHE, …
-        Bon ben d’accord, vous allez dire que tous les MAHE en CI, c’est des coupeurs de route, parce que celui-là, il avait été interpellé et reconnu par les femmes qu’il avait violées, les femmes qu’il avait découpées en rondelles, quelques jours auparavant. Voilà, alors je peux vous dire qu’il y a eu une réelle méprise. Quelques jour auparavant, l’armée française pour étouffer l’affaire, faire en sorte que les militaires ne parlent pas, ils ont décidé de décorer ces militaires. Donc, vous ne connaissez pas très bien l’histoire Monsieur !
-        Francis LALOUPO : On va laisser finir M. IDRISS. Des femmes coupées en rondelles, c’était une façon de parler ?
-        Non effectivement, il coupait les femmes en rondelles.
-        M. IDRISS, allez-y
-        Vous profitez de cette situation. Comme la France est un pays de droit, ben c’est des militaires français qui ont commis ce crime. Ca représente tout un symbole. Vous profitez de cela pour vous taper de l’argent tout simplement .
-        Francis LALOUPO : Ho la la la la la la !
-        Maître NDOUMOU n’a pas reçu 5 francs dans cette affaire. Je vais vous dire bien au contraire que la France est un pays des DDH. Avant que maître NDOUMOU n’arrive à cette fin, j’ai fait condamner la France pour déni de justice. Je peux même brandir ça comme un diplôme où l’on reconnaît les dysfonctionnements des services judicaires, parce que Mme le Procureur, ce Procureur voulait étouffer l’affaire. C’est très très rare que la Justice reconnaisse que l’un des leurssou que y a dysfonctionnement de la Justice. J’ai ce jugement qui a été rendu par le TGI de PARIS pour dire que oui y ‘a déni de Justice. Je peux vous dire Monsieur, on ne retrouve pas dans les 10 ans, 15 ans. Il n’y a pas plus de 2 dénis de Justice Monsieur.
-        Merci à IDRISS.
-        45’15 On reçoit d’autres message de KENNEDY de MEAUX sur la toile qui nous dit : « l’argent n’a pas d’importance devant ce crime odieux et raciste dit-il.  L’essentiel, c’est rendre hommage à cet homme tué gratuitement, pensez à son image qui a été souillée et traité de criminel. Ceux qui l’ont tué, c’est eux les criminels.
-        Maître, alors il faut rappeler que le colonel Eric BURGAUD, celui qui a été condamné à 5 ans de prison avec sursis, a affirmé ceci lors du procès. Alors je tenais quand même à rappeler ces paroles d’Eric BURGAUD. Il dit ceci : « Face à l’inacceptable, qu’est-ce que vous faites ? Il y a des barrières illégitimes, des ordres. Ce combat des valeurs nécessite des choix. Le 13 mai, supprimer MAHE était la moins pire des solutions. Le 13 mai 2005, le jour où Firmin MAHE a été assassiné. Et ce colonel Eric BURGAUD qui dit : « c’est facile d’avoir le choix entre le bien et le mal. Le soldat choisit souvent entre le mal et le pire. Le pire, c’était de ne rien faire. A 100m d’un poste de l’ONUCI, les forces de l’ONU en Côte d’Ivoire, une nuit, des gens d’un village ont été mis dans une case à laquelle on a mis le feu. Chez moi cela s’appelle ORADOUR. Acceptable ? NON ! ». Voilà comment BURGAUD justifie en quelque sorte la mort de Firmin MAHE, hein. Ce sont des paroles assez horribles. Enfin ce n’était pas ma question maître. Mais je voulais juste rappeler pour montrer l’ambiance, le climat de ce procès. Alors ce procès a été diversement apprécié, faut le dire, au sein de l’Armée française. Certains l’ont critiqué et d’autres ont salué l’action de la Justice hein, estimant que les militaires impliqués avaient porté atteinte à l’honneur de l’Armée, à la Grande Muette comme on dit. Est-ce que selon vous –ce sera ma dernière question hein – ce procès pourrait avoir une certaine influence sur le comportement des militaires de manière générale. Il faut dire que le procès, c’était un première dans l’histoire pénale internationale, rappelons-le. Est-ce que ce procès peut influer dans l’avenir ? Vous avez parlé justement de jurisprudence Firmin MAHE. Est-ce que vous pensez que l’impact sera suffisamment important, pris en compte dans les situations de guerre à l’avenir ?
-        47’27 Oui je peux vous dire M. Francis LLALOUPO que nous avons une chance, que nous avons une chance qu’il y ait une jurisprudence d’un Africain. Et vous savez la France est engagée en Afrique. C’était un salut pour que… Cette jurisprudence porte le nom de MAHE. Donc, c’est une grande première. Il faut que les populations euh les auditeurs qui nous écoutent sachent que chaque chose a un commencement et que la Jurisprudence évolue. Les juges avaient un dilemme. Et le juges ne pouvaient pas être assez sévères. Mais plus tard les choses vont évoluer. Les choses vont évoluer. Je peux vous dire : j’ai vu les militaires, les généraux qui se faisaient tout petits lorsqu’ils étaient devant la Cour. J’ai vu des colonels qui se faisaient tout petits ; ils avaient peur. Lorsqu’on attendait le verdict, le colonel BURGAUD qui les premiers jours venait en veste. Vous savez comment il est venu : il est venu en jean parce qu’il préparait sa prison. Non, donc c’est une grande première ! Ils ont perdu leur emploi. Soyons patients. Je lance donc un appel. Je dis euh que le choix de l’avocat est libre. Je sais qu’il y a certains confrères qui reprochent souvent, qui reprochent souvent – que ce soit nos chef d’Etat ou à certaines personnes – de ne pas faire confiance aux avocats d’origine africaine. Nous sommes très très compétents. Je vous dis : nous sommes très très compétents.
-        - Nous n’en doutons pas, nous n’en doutons pas…
-        - 48’47 Donc faites-nous confiance, un procès comme celui-ci, je peux vous dire, c’est un procès qui m’a fait transpirer. Et je suis arrivé à mes fins. Vous êtes venus voir cet Iceberg. Mais j’ai mené des combats comme je disais tantôt. J’ai fait condamner l’Etat français afin que nous nous arrivions là. Faites confiance aux avocats africains, vous avez vos fils qui sont compétents. Pensez à nous et nous allons nous battre pour vous. Nous allons transpirer pour vous. Nous allons couler du sang pour vous.
-        Merci, merci beaucoup… Peut-être pas couler du sang quand même parce que ce n’est pas nécessaire. Transpirer ça ira !
-        Couler du sang même s’il faut ramper euh…
-        C’est une formule […]
-        49’40 Maître NDOUMOU : J’ai vu que j’étais suivi. Lorsqu’on m’appelait au téléphone, le numéro ne répondait pas…
-        C’est pas étonnant…
-        Je rassure les auditeurs, vous vous portez bien…
-        49’20 Je suis en parfaite santé, je suis en bonne santé et je demande aux Ivoiriens. Il ne faut pas qu’ils pleurnichent. Celui qui disait qu’il ne peut pas rentrer en Côte d’Ivoire. Non la Côte d’Ivoire, c’est quand même un Etat de droit. Vous avez des procès en cours. Saisissez la Justice. Le droit est là. N’allez-pas… C’est Aimé CESAIRE qui disait : « peuple qui ne sait pas faire foule ». Vous êtes passifs. Vous êtes tellement passifs. Vous allez pleurer à gauche ; vous allez pleurer à droite. Mais engagez-vous ! Engagez-vous et puis les choses marcheront ! […]