TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

jeudi 30 avril 2015

CONGRES DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN SOUS HAUTE TENSION A MAMA !


Coupure d'électricité à Mama
Le recours aux forces de OUATTARA pour empêcher l'investiture de Laurent GBAGBO comme nouveau Président du Front Populaire Ivoirien confirme que les AFFIdés (partisans de Pascal AFFI N’GUESSAN Président déchu du FPI)  ne sont plus véritablement de l'opposition et qu'ils ont bien rejoint le camp de OUATTARA et de tous ceux qui cherchent à faire régner la Terreur pour dissuader la population meurtrie de se libérer du joug néocolonial. Personnellement je suis béate d'admiration et de reconnaissance devant ces milliers de civils ivoiriens qui ont le courage, la Foi et la persévérance de continuer le combat aux mains nues après tout ce qu'ils ont déjà subis notamment depuis la rébellion de 2002. Le Front Populaire Ivoirien a été conçu comme un outil d'émancipation du joug néocolonial et les ennemis de la liberté ainsi que leurs servants locaux ont bien compris la force de ce formidable outil contre l'arbitraire, d'où leur acharnement à le détruire, à en faire une coquille vide. L'enjeu de la fête de la liberté de MAMA, c'est aussi ça... Et les Ivoiriens ne s'y sont pas trompés. A nous de leur donner la visibilité qu'ils méritent !

Jeunes  assis sur la route pour empêcher l'invasion de la police
Si l'on en croit certains médias[1], Pascal AFFI N'GUESSAN et son allié OUATTARA en Côte d'Ivoire justifieraient l'interdiction de la grande fête de la liberté de MAMA et l'envoi massif de forces armées afin de la réprimer pour utilisation abusive du logo du FPI, utilisation de logo interdite par la Justice ivoirienne qui soutient AFFI dans sa quête frénétique de se maintenir à la tête du FPI, poste qu'il occupe depuis 2001, au mépris des textes et procédures du FPI. Notez que des médias qui marchaient autrefois à nos côtés ont une drôle de façon de nous réduire à l'expression "GBAGBO OU RIEN" et de légitimer les violences qui risquent de survenir à MAMA en les imputant par avance au camp pacifique des militants et cadres du FPI restés fidèles à Laurent GBAGBO... A moins d'admettre qu'en Côte d'Ivoire, il n'y a plus de droit de manifester sauf à faire allégeance au régime OUATTARA en cédant à la Terreur et à cautionner la parodie d'élections qui s'annonce pour octobre 2015 (CQFD). Et là on comprend mieux le rôle de figurant joué par AFFI qui n'est là que pour donner une illusion de légalité au deuxième mandat que s'apprête à briguer OUATTARA. Quitte à éliminer tous ceux qui s'opposeront pacifiquement à ce sinistre dessein ! 
Dans le même esprit un autre article de Philippe KOUHON[2] qui tend à rendre responsable par avance les organisateurs de cette grande fête de la liberté à MAMA de toutes les violences qui pourront survenir (Philippe KOUHON couvrait lui aussi nos manifestations avant d'aller manger à la table plus "garnie" de nos ennemis). Nous ne répéterons jamais assez que le camp du FPI resté fidèle à Laurent GBAGBO est partisan de la non-violence active comme mode d'accès et de maintien au pouvoir contrairement à celui de OUATTARA qu'a désormais rejoint AFFI. A ceux qui ne veulent pas trancher dans la querelle "fratricide" du FPI, qu'ils se posent la question de savoir jusqu'où ira leur silence quand AFFI fait non seulement appel à la "Justice" de OUATTARA pour régler les questions internes du parti, mais également quand il cautionne l'envoi des forces armées pour réprimer toute velléité de manifestation pacifique de ces anciens "camarades" quitte à semer la mort et la désolation. Rappelons qu'ASSOA ADOU est toujours en prison, lui dont le seul "crime" est d'être rentré d'exil pour assumer la lourde responsabilité de la Direction de campagne du candidat Laurent GBAGBO.  
Même le courrier du 04 mars 2015 des AFFIdés en la personne de Michel Amani N'Guessan demandait certes l'intervention des autorités publiques pour empêcher le courant légitime du FPI resté fidèle à Laurent GBAGBO d'agir, mais le soumettait au "respect des droits et libertés garantis par l'Etat"[3] !

Les dignes filles et fils de Côte d'Ivoire ne cèdent plus à la menace ni à la politique de Terreur et de désolation de OUATTARA, de ses AFFIdés et de leurs maîtres occidentaux ! Bravo et courage à vous tous qui nous prouvez une fois de plus qu'on peut enfermer des corps physiques, mais qu'on n'enferme pas l'esprit, l'espoir et la Foi ! Vive Laurent Gbagbo et toutes celles et ceux qui se reconnaissent en lui pour que vive la Côte d'Ivoire libre et indépendante !



Merci à Fréjus Koffi et à Lavane Murphy pour leurs vidéos qui montrent comment la population a repoussé pacifiquement les policiers venus les provoquer visant à empêcher les congressiste d'accéder à la grande fête de la liberté de Mama :







Dans la nuit du 29 au 30 avril 2015 déjà, les populations s'étaient mobilisées pour empêcher les forces de l'ordre de perturber les dernier préparatifs de la manifestation.

Tandis que tout le monde s'affairait aux derniers préparatifs de la fête de la liberté à J-1 et que les délégations de congressistes continuaient d'affluer, les jeunes militants du FPI ont dissuadé les gendarmes de pénétrer dans le village en s'asseyant sur la route d'accès, rompus aux actions non-violentes telles qu'enseignées et appliquées par le Front Populaire Ivoirien de Laurent GBAGBO.


Les tentatives  d'intimidation et d'intoxication médiatique pour dissuader la population de participer à la grande fête de la liberté  de MAMA  ont été déjouées grâce à la bravoure de tous ses jeunes -et moins jeunes-  militants du Front Populaire Ivoirien !

Simple coïncidence ou volontaire, l'électricité a été coupée dans tout le village de MAMA empêchant la retransmission vidéo des résolutions de ce troisième Congrès du FPI... Ce qui n'a pas empêché l'essentiel de se produire. A l'issue de ce Congrès, Laurent GBAGBO est investi Président du FPI.


Après les 12 trahisons d'AFFI et de ses apôtres :
http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2015/04/les-12-trahisons-de-pascal-affi.html qui s'achèvent par l'investiture de Laurent GBAGBO à la tête du FPI :


place à la grande fête de la liberté : 
http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2015/04/grande-fete-de-la-liberte-mama-du-30.html.


Vive Laurent GBAGBO pour que vive la Côte d'Ivoire libre et indépendante !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire