TIBALA

Chers amis de la liberté et de la souveraineté des peuples, La démocratie ne s'impose ni par la force, ni de l'étranger pas plus qu'elle ne s'achète ! Elle se construit pas à pas dans le respect des peuples et de leurs institutions souveraines. Mais courage, résistons et soutenons le souverainiste Laurent GBAGBO car son combat, c'est aussi le nôtre, celui de tous les citoyens libres et égaux en droit. Après avoir armé, formé, financé, renseigné et protégé les rebelles de OUATTARA depuis 2002, la France a imposé son poulain à la tête de la Côte d'Ivoire pour garder la mainmise sur les richesses de ce pays (pétrole, cacao, café,...). Elle participe activement à l'épuration ethnico-politique qui se poursuit dans l'indifférence coupable tant de la Communauté Internationale que des média et des partis de gouvernement.

vendredi 1 mai 2015

MENACES SUR LA FÊTE DE LA LIBERTE DE MAMA EN CÔTE D'IVOIRE !

Grâce à la détermination, au courage et à la mobilisation des Patriotes militants, avec la décision prudente de la présidence du FPI en la personne d'Abou Drahamane Sangaré de demander à tous les congressistes de regagner leurs bases respectifs quand il est devenu clair que les forces de l'ordre étaient sur le point de passer à l'attaque avec tous les risques que cela comportait en milieu d'après-midi ce vendredi premier mai, l'escalade dans la violence sur laquelle comptait les forces de l'ordre n'a pas eu lieu... Mais on n'est pas passé loin !


INFO ou INTOX ces rumeurs qui annonçaient l’intervention imminente des forces de l’ordre, voire l’arrestation des principaux dirigeants du Front Populaire Ivoirien restés fidèles à Laurent GBAGBO ? Politique de la terre brûlée des AFFIDES (partisans d’AFFI N’GUESSAN) en constatant leur impopularité grandissante qui cherchent à dissuader les militants souverainistes du FPI de participer à la grande fête de la liberté de MAMA en leur faisant craindre le pire ? Quoiqu’il en soit, le régime de OUATTARA et de ses rebelles nous a suffisamment démontré l’étendue de sa barbarie pour ne pas redouter que même un premier mai, même sous la surveillance de ladite « Communauté Internationale », il ne puisse pas une fois encore s’adonner à sa seule compétence : semer la mort et la désolation pour empêcher toute manifestation de l’opposition comme ils l’ont fait depuis 15 ans[1].

En ce premier mai 2015, nous voudrions tout particulièrement nous incliner sur la mémoire de Basile Mahan Gahé [2], ce leader syndicaliste mort pour avoir défendu la liberté syndicale et le régime légaliste de Laurent Gbagbo. A sa mort le lundi 16 septembre 2013, la CGT, la CSI (Confédération Syndicale Internationale) et bien d’autres responsables syndicaux s’étaient émus de sa tragique disparition suite aux tortures subies dans les prisons ivoiriennes de OUATTARA. Mais plus d’un an et demi après, aucune enquête, aucune campagne de mobilisation pour faire la vérité sur le sacrifice d’une vie au service du militantisme syndical, des valeurs universelles de liberté et de légalité constitutionnelles. Et ne parlons pas des centaines de prisonniers politiques illustres ou anonymes toujours emprisonnés en Côte d’Ivoire dans l’indifférence généralisée de ladite « Communauté Internationale » et de la plupart des « droitsdelhommistes » [3]!

Alors qu'en FRANCE, nous nous apprêtons à célébrer le Premier mai comme il se doit par le traditionnel défilé parisien et ses brins de muguet, il est permis de craindre que l'indifférence voire la complicité des médias et des principales autorités décisionnaires concernant le régime liberticide et criminel de OUATTARA installé en Côte d'Ivoire depuis le 11 avril 2011 ne conduise à une nouvelle tragédie.

Le 3ème Congrès extraordinaire du FPI a pu finalement s'achever hier et investir Laurent GBAGBO Président du Front Populaire Ivoirien[4] en dépit des actes d'intimidation des forces armées[5] -saluons au passage tous ceux qui se sont interposés et ont négocié le repli de la gendarmerie- des cargos militaires sont actuellement positionnés autour de MAMA selon de nombreuses sources concordantes pour empêcher la fête de la Liberté de se poursuivre. Est-il imaginable de laisser le pouvoir illégitime et liberticide de OUATTARA continuer à emprisonner, à torturer, voire à tuer toutes celles et ceux qui ne lui font pas allégeance ?

Merci de diffuser aussi largement que possible ces informations auprès de la Communauté internationale et ses principaux relais médiatiques aux ordres. La visibilité que nous réussirons à donner au courage de ces vaillants patriotes prêts à sacrifier leur vie pour la liberté, la leur mais aussi la nôtre en luttant pour le retour de l'Etat de droit en Côte d'Ivoire est notre meilleure arme face à la seule violence et à l'arbitraire néocolonial dont use OUATTARA au service et avec la complicité de l'Occident prédateur. LES DIRIGEANTS OCCIDENTAUX SONT TOUJOURS PRÊTS A SACRIFIER DES MILLIONS DE VIES AFRICAINES SI CA NE SE SAIT PAS, SI CA NE SE VOIT PAS... MAIS ILS Y REGARDENT A DEUX FOIS AVANT DE LAISSER SE DEROULER UN MASSACRE ANNONCE... TROP DE VIES SONT EN JEU. IL VAUT MIEUX CRIER AU LOUP UN PEU TÔT QUE DE PLEURER PLUS TARD SUR LA VIE DES NÔTRES QUE L'ON AURAIT PU SAUVER… OU AU MOINS ESSAYER !

INFORMATIONS EN PROVENANCE DE MAMA :

Merci à tous les militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien, illustres ou anonymes, dans l'ombre ou dans la lumière qui se sont mobilisés au péril de leur vie pour que cette grande fête de la liberté puisse avoir lieu. Vive Laurent GBAGBO et toutes celles et ceux qui se reconnaissent en lui pour que vive la Côte d'Ivoire libre et indépendante.

Malgré toute la violence, l'intimidation, l'encerclement du village de Mama par l'armée du régime, voici une importante partie des congressistes en images.
(images : Nicolas Lavri)



La liberté en fête sous le préau de la résidence du Président Laurent GBAGBO en ce moment.
Allons-y seulement!

Fier Ivoirin
1 h 
#‎MAMA2015‬ ‪#‎FPI‬ FÊTE DE LA LIBERTÉ
Les festivités sont prévues démarrer à 14h Gmt. Pour l’heure, plusieurs délégations des fédérations et les officiels qui sont retournés à Gagnoa après le congrès pour passer la nuit étaient empêchées de revenir au village par des soldats eux mêmes embrouillés par des consignes floues. Il leur a été demandé selon leurs termes d’empêcher le Congrès. Or le Congrès est fini depuis hier, ils n’attendaient que de savoir ce qu’il convenait de faire. Toutefois selon les informations qui nous sont parvenues de la hiérarchie civile de Mama, instruction leur a été donnée de ne tirer sur personne...


Bref, nous attendons l'entrée triomphale de nos camarades et autorités bloqués de l’autre côté du carrefour pour débuter la grande messe car à l'instant où je vous écris le bouclier militaires vient d’être levé.

Pour rappel, le président Laurent Gbagbo a téléphoné hier à 18h04 minutes au président Abou Drahamane Sangare pour le féliciter lui et vous tous militants pour le score à la soviétique obtenu au congrès et pour son élection à la tête du Front Populaire Ivoirien. C’est une information donnée hier par la ministre Ohouochi Clotilde Yapi.

TOUS A MAMA ET QUE LA FÊTE COMMENCE. RESTEZ SEREINS!!!



Les autres délégations continuent d'arriver en masse à MAMA et ce devant les gendarmes et les Dozos qui regardent impuissants le village se remplir pour la fête de la liberté du FPI, de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique Noire toute entière...
Un autre temps à sonné en Côte d'Ivoire, Gbagbo est à la barre et les militants, les sympathisants, les populations sont déterminés à arracher leur LIBERTÉ, et rien ni personne ne pourra désormais les effrayer.
BRAVO À TOUS...


ALERTE INFOS MAMA : LEVÉE TOTALE DU DISPOSITIF MILITAIRE.
Arrivée de l'ONUCI pour permettre aux délégations empêchées par le blocus des cargos de rallier Mama. L'ONUCI crée en ce moment une ouverture sur la voie principe de MAMA pour faciliter l'entrée des délégations et fait une médiation entre les cargos et la jeunesse.
NB : les bâches et la sono commence être installées au centre du village.
Photo de Fréjus Koffi.



Fréjus Koffi
ALERTE INFOS DE MAMA : RETRAIT DU DISPOSITIF DE LA POLICE ET DE LA GENDARMERIE

Face à la détermination des militants qui n'ont pas cédés à la provocation tout en empêchant pacifiquement l'impressionnant détachement de la police et la gendarmerie de prendre des positions à l'intérieur du village et après plusieurs heures de discussion, le dispositif militaire a été levé depuis plus de 30 minutes. Les militants en provenance de Ouargahio et des villages avoisinants affluent en ce moment à l'entrée de Mama.

NB: LA FÊTE DE LA LIBERTÉ AURA BIEN LIEU. LES INSTALLATIONS ONT ÉTÉ DÉPLACÉES AU CENTRE DU VILLAGE OU ELLE SE TIENDRA.
NOUS APPELONS LES DÉLÉGATIONS RÉTICENTES A SE MOUVOIR VERS MAMA.
VIVE LA CÔTE D'IVOIRE, VIVE LAURENT GBAGBO.
OVAJAB !!!

AUCUNE ARMÉE NE PEUT VAINCRE UN PEUPLE DETERMINÉ ET DEBOUT. DRAMANE OUATTARA DEPLOIE L'ARMÉE À MAMA MAIS LES MILITANTS DETERMINÉS SONT EN FACE.


Fréjus Koffi a partagé la photo de Sergent Asko Goudé10 min

Les militaires ont dit à Koua Justin avoir reçu l'ordre pour qu'aucune manifestation ne se tienne à Mama jusqu'au 3 mai.




Ce sont 300 militaires, actuellement en position de combat, qui ont investi Mama depuis 4 h du matin. Ils ont pour mission d'empêcher la tenue de la fête de la liberté et aussi, apprend-on, d'arrêter les Pr Danon Djédjé et Hubert Oulaye, Koné Boubacar, et Abou Drahamane Sangaré ainsi que le chef de terre de Mama, pour avoir autorisé l'organisation du congrès du FPI.




URGENT MAMA.

La police et la gendarmerie armées de grenades lacrymogènes, de boucliers et de kalachinkov prennent position en face des jeunes non armés pour tenter de forcer leur barrage de sécurité afin d'encercler le village de Mama.


Trouvez quelques chaises pour installer les soldats de Ouattara qui sont là depuis 5h45 pour participer à la fête de la liberté mais gardez de la place pour nos délégations qui continuent de déferler sur Mama car la fête sera belle et personne ne doit se faire conter l’événement. Bonjour à vous camarades, nous sommes aujourd'hui 1er Mai 2015 et il 7h GMT à Mama, village historique, village du président du Front Populaire Ivoirien, son excellence Laurent GBAGBO. Bonne fête de la LIBERTÉ à toutes et à tous.


MAMA A L'INSTANT
KOUA JUSTIN EN GRAND CHEF DES JEUNES FAIT RECULER LE BOUCLIER HUMMAIN DE 100M AFIN DE DONNER UNE CHANCE AUX DOZO D'ATTENUER LEUR HONTE.
Affi le défilé que tu veux empêcher là, tu vois son petit non?
Allons-y seulement!

MAMA
Le chef a parlé, les jeunes ont exécuté!
Allons-y seulement!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire